La chaleur extrême au Canada

Download the Report

La chaleur extrême est onéreuse et mortelle, et elle se fait de plus en plus fréquente et intense au pays.

Une proportion grandissante de la population est confrontée aux conséquences meurtrières de ce phénomène. Même dans les régions au climat traditionnellement plus tempéré, comme Vancouver, Whitehorse et Halifax, les gens font face à une chaleur plus extrême et plus fréquente. La chaleur extrême et les vagues de chaleur ne sont pas seulement un défi pour le Canada. Des études estiment à cinq millions de décès par an la mortalité mondiale associée aux températures extrêmes. En 2023, la chaleur extrême touche de larges parties de l’Amérique du Nord, de l’Europe et de la Chine, battant des records de température à travers le monde. Ce fut l’année la plus chaude de l’histoire de l’humanité.

Qu’est ce qu’est la chaleur extrême?

La définition de la chaleur extrême varie en fonction du lieu géographique et des conditions météo, comme la température, l’humidité, la couverture nuageuse et la durée de l’évènement. Mais il s’agit de températures beaucoup plus élevées que la moyenne pour un moment et un lieu donnés. Une vague de chaleur est une période de températures supérieures à celles normalement attendues (sur la base des moyennes climatiques historiques). Elles peuvent durer de plusieurs jours à plusieurs semaines.

Les impacts en cascade de la chaleur extrême

La chaleur extrême est dure pour le corps, le système de santé et la qualité de vie. Elle alimente aussi d’autres impacts climatiques, y compris les incendies de forêt. Par exemple, les experts scientifiques de World Weather Attribution ont calculé que les changements climatiques ont plus que doublé la probabilité de conditions météorologiques extrêmes pour les incendies dans l’Est du Canada: “Les changements climatiques ont augmenté d’environ 50% la gravité cumulative de la saison des incendies au Québec en 2023 jusqu’à la fin du mois de juillet, et les saisons de cette gravité sont au moins sept fois plus susceptibles de se produire.”

Et les coûts que les impacts des températures extrêmes engendrent au Canada s’accroissent.

Notre rapport de 2021 Les coûts des changements climatiques pour la santé projetait que les décès et la diminution de la qualité de vie découlant de la chaleur extrême coûteraient entre 3 et 3,9 milliards de dollars par an au pays d’ici le milieu du siècle.

Nos travaux ont aussi révélé que la hausse des températures entraînerait une baisse de la productivité au détriment de l’économie. Les secteurs où le travail se fait à l’extérieur ou dans des espaces sans air conditionné (climatiseurs, thermopompes, etc.) seront impactés de manière disproportionnée. La chaleur extrême peut aussi avoir des effets néfastes sur l’alimentation, le transport et les réseaux électriques.

Ce graphique montre que les changements climatiques réduiront la productivité dans les secteurs à haut risque d'ici la fin du siècle.

La vague de chaleur de juin 2021 en Colombie-Britannique a illustré toute l’ampleur des enjeux dans un contexte où les gouvernements et populations tâchent de se parer aux dangers des chaleurs futures. Cet événement aura duré six jours et aura établi de tristes records. Plus de 600 personnes sont décédées durant la vague de chaleur. Elle a été l’un des désastres les plus coûteux de l’histoire de la Colombie-Britannique. Dans notre rapport de 2023 Arguments en faveur d’une adaptation aux chaleurs extrêmes : Coûts de la vague de chaleur de 2021 en Colombie-Britannique, nous présentons une analyse indépendante des coûts et des répercussions de la chaleur extrême. Nous proposons des actions pour les gouvernements pour gérer et prévenir les vagues de chaleur à l’avenir.

COMMENT PROTÉGER LA POPULATION DES VAGUES DE CHALEUR?

Même si les émissions mondiales étaient fortement réduites (le « scénario d’émissions modérées » sur la figure), la population canadienne continuera à souffrir des chaleurs extrêmes plus fréquentes et graves en raison du réchauffement irréversible enclenché par les émissions passées. Et sans réduction convenable des émissions, la chaleur extrême deviendra encore plus dangereuse.

Il existe de nombreuses façons de préparer et de protéger la population de la chaleur extrême. En voici quelques exemples :

  • Doter les bâtiments de dispositifs de refroidissement (thermopompes, climatiseurs).
  • Aménager des toits végétalisés et planter des arbres pour faire de l’ombre en zone urbaine.
  • Fournir aux employeurs et au public des renseignements à jour sur les façons de se protéger pendant une vague de chaleur.
  • Diffuser des avertissements de canicule assez tôt pour que les gens et les systèmes puissent se préparer.
  • Bâtir des infrastructures (routes, chemins de fer, réseaux électriques) capables de résister à la chaleur extrême et à la pluie (réduction potentielle des coûts liés aux dommages de 80 % d’ici la fin du siècle, ou 3,1 milliards par an).

Nos travaux explorent les divers effets de la chaleur extrême. Ils explorent aussi les stratégies permettant aux gouvernements de réduire les coûts et de protéger la population, les collectivités et l’économie.

Rapports

Billets de blogue

Études de cas