Plan climatique fédéral : crédible, sous réserve d’action rapide, d’après une évaluation indépendante

L’Institut climatique du Canada définit cinq politiques essentielles pour accélérer le progrès.

Ottawa, le 5 avril 2022. – Dans une évaluation et une modélisation indépendantes, l’Institut climatique du Canada a conclu que le Plan de réduction des émissions pour 2030 du gouvernement fédéral est crédible, mais que sa réussite requerra l’accélération de la mise en œuvre de quelques politiques précises. Plus précisément, l’analyse de l’Institut climatique définit cinq politiques clés qui, ensemble, totaliseraient près des deux tiers des réductions d’émissions nécessaires pour atteindre la cible de 2030 : le resserrement continu du régime fédéral de tarification du carbone, un plafond sur l’activité pétrolière et gazière, une norme sur l’électricité propre, des mesures pour réduire les émissions associées à l’utilisation des terres, et un renforcement de la Norme sur les combustibles propres.

« Selon notre évaluation indépendante, le plan du gouvernement est complet et crédible, mais le temps presse; l’objectif est ambitieux par nécessité, et il est crucial de l’atteindre pour garantir l’avenir et la prospérité du Canada, explique Rick Smith, président de l’Institut climatique du Canada. Si le gouvernement fédéral concentre ses efforts sur cinq politiques précises, le pays sera sur la bonne voie pour atteindre son objectif de 2026 et sa cible de 2030. »

Les plans de réduction des émissions sont de nouveaux outils de planification importants pour le gouvernement, qui devra en rédiger un nouveau tous les cinq ans, en application de la Loi canadienne sur la responsabilité en matière de carboneutralité. Au début de mars 2022, l’Institut climatique du Canada a publié un cadre pour évaluer ces plans; c’est sur ce cadre que s’appuie le rapport paru aujourd’hui, qui analyse et valide de manière indépendante le premier plan de réduction des émissions du gouvernement fédéral.

« Il est maintenant temps pour le gouvernement de mettre son plan à exécution, indique Dave Sawyer, économiste principal de l’Institut climatique. D’après nos calculs, les politiques annoncées permettraient d’atteindre au moins 43 % de l’objectif de réduction, mais il faudra en faire plus. La capacité du Canada à respecter ses cibles ne dépendra pas de la crédibilité des mesures prévues ou des résultats modélisés, mais bien de la vitesse d’action et de la façon dont les politiques retenues seront concrétisées. »

L’évaluation indépendante de l’Institut climatique est venue tempérer son jugement positif du plan gouvernemental par quelques mises en garde. Notamment, elle souligne que les nombreuses politiques du plan pour 2030 risquent de se chevaucher, ce qui entraînerait des coûts plus élevés sans permettre les réductions nécessaires.

« Le grand volume de politiques du plan pour 2030 est une lame à double tranchant, affirme Dale Beugin, vice-président, Recherche à l’Institut climatique du Canada. Le recoupement de politiques nuit parfois à leur efficacité. Il est donc crucial que le gouvernement s’engage à faire le suivi des émissions et à réviser ses politiques en conséquence. »

Lectures supplémentaires

PERSONNE-RESSOURCE

Catharine Tunnacliffe

Directrice des communications

226 212-9883

Related